Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Le patrimoine industriel

Le territoire est riche d’un important passé industriel. Tanneries, fours à chaux, fonderies, tuileries témoignent de ces activités passées.

 

Les tanneries de Château-Renault

Les activités de tannage ont rythmé la vie de Château-Renault de 1543, date de l’ouverture du premier atelier, à 1986, date de la fermeture de la dernière tannerie.

La ville était spécialisée dans le traitement des peaux de vaches et la fabrication des cuirs pour les semelles, la bourrellerie et la corroierie. A son apogée, la cité du cuir comptait dix-huit tanneries.

Architectures alliant maçonneries de briques, poutrelles métalliques et pans de bois, une ancienne tannerie accueille aujourd’hui le Musée du Cuir.

 

La fonderie d’art de Pocé-sur-Cisse

En 1823, Augustin Moisand, obtient l’autorisation de construire une usine à fer sur la Ramberge à Pocé-sur-Cisse. Six ans plus tard, son gendre revend l’usine à Jean-Jacques Ducel et Paulin Viry, fondeurs. La production se compose d’objets de la vie quotidienne mais également de statues, de bancs, de fontaines… La fonderie devient progressivement l’une des plus grandes fonderies d’art de France, employant plus de 400 ouvriers et exportant sa production partout dans le monde (Allemagne, Brésil, Lituanie, Etats-Unis...).

A la mort de Jean-Jacques Ducel, l’activité de l’usine cesse et les bâtiments sont démolis. Quelques témoignages de la production sont aujourd’hui visibles dans la commune : statue de Neptune sur l’île de l’étang de Pocé, chemin de croix, chandeliers, statues dans l’église.

 

Les pressoirs Mabille à Amboise

L’entreprise Mabille spécialisée dans la fabrication de matériel agricole est fondée par Jacques-Emmanuel Mabille en 1835. En 1875, l’entreprise emploie 175 salariés. La gamme de produits s’étend petit à petit : outre les pressoirs, l’entreprise fabrique égrappeurs, égouttoirs, fouloirs, pompes…

En 1965, face aux difficultés croissantes, l’entreprise dirigée pendant 130 ans par la même famille est vendue à un fabricant de machines agricoles de Redon.

 

L’entreprise Prestal à Amboise

En 1900, Georges Mabille, fait démonter un hangar à ballons signé Eiffel, utilisé lors de l’Exposition Universelle et le fait remonter à Amboise pour y installer un atelier de fabrication de charpentes métalliques. Il décède en 1927, l’activité continue mais cesse totalement pendant la guerre.

En 1940, Jean Daninos y installe un atelier d’emboutissage automobile. En 1954, il lance la première voiture de la marque Facel Véga. L’entreprise emploie jusqu’à 400 salariés. Elle ferme ses portes en octobre 1964. Aujourd’hui, une quarantaine d’employés de la société métallurgique Prestal continuent à travailler dans le bâtiment Eiffel.

 

La tuilerie de Montlouis-sur-Loire

La présence d’une tuilerie sur ce site semble remonter à la seconde moitié du 18ème siècle. De 1840 à 1991, date de la cessation d’activité, cette tuilerie a toujours été exploitée par la famille Gasnier. Elle avait dans les années 1970 une production de l’ordre de 350 à 400 tonnes par an.

 

Les activités chauffournières

La localisation des fours à chaux est liée à la présence de sols crayeux (matière première) et de forêts (pour la combustion). Sur le territoire, on les retrouve dans les vallées du Cher et de la Loire.